« Les Docks de Marseille », édifice historique projeté vers le futur.

« Les Docks de Marseille », édifice historique projeté vers le futur.

ph: ©Boegly


« Docks de Marseille », le lieu et le projet

 

Les Docks sont un édifice historique situé dans le quartier des affaires de la ville de Marseille. Celui-ci accueille plus de 200 entreprises et environ 3500 employés. Mais les Docks de Marseille ne sont pas seulement une zone de bureaux. Le sièges d’entreprises et de multinationales, ainsi que des restaurants et divers autres services se trouvent dans cet édifice historique qui, grâce au cabinet d’architecture 5+1AA d’Alfonso Femia et Gianluca Peluffo et à l’utilisation de matériaux Casalgrande Padana, s’est résolument engagé dans le futur.

 

Un diamant fait briller les Docks de Marseille : Diamante Boa

 

En plus d’avoir senti souffler le vent de la renaissance et du renouveau, les Docks de Marseille ont fait l’objet d’une vaste intervention de relookage, grâce au talent des architectes Femia et Peluffo et à l’utilisation des dalles en grès cérame de Casalgrande Padana. Près de 3000 m² de matériau ont été utilisés pour donner aux Docks un nouveau visage. Les architectes Peluffo et Femia ont notamment choisi les dalles des collections Granitogres Unicolore (couleurs Blu forte, Blu chiaro, Blu scuro, Azzurro, Bianco), Granitoker Cemento (couleur Cassero grigio), Gresplus Diamante Boa et des pièces spéciales dessinées pour l’occasion. Comme nous l’avons dit, les dalles – utilisées en revêtement de façade, pour les sols extérieurs et intérieurs et le revêtement des espaces intérieurs – ont enrichi les cours et les allées de contrastes chromatiques et de reliefs innovants.

Le revêtement de façade des cours des Docks utilise des éléments céramiques et des systèmes de pose spécialement développés et fabriqués d’après un projet des concepteurs.

Pour la cour Bleue, des carreaux en grès cérame de la ligne Granitogres, collection Unicolore, dans les couleurs Blu, Blu Forte, Verde, Bianco B et autres tonalités spéciales, ont été utilisés.

 

La particularité de ce projet céramique tient au fait que les dalles, produites au format 30×30 cm en finition polie, ont été réduites en tessons, savamment recomposés en un original craquelé monté sur des panneaux en aluminium à l’aide d’une colle adaptée. Les éléments obtenus ont été expédiés en chantier pour être fixés à une sous-structure métallique spécialement prévue. Une procédure similaire a été adoptée pour le sol extérieur.

Pour la cour Verte, des dalles en grès cérame de format 60×60 cm et d’épaisseur 10,5 mm ont été fabriquées, caractérisées par une surface structurée obtenue à l’aide d’un tampon réalisé à partir d’un moulage en plâtre spécial, dessiné et fabriqué par l’artiste céramique Danilo Trogu.

 

Les dalles céramiques, produites en 5 couleurs RAL déclinées dans des tonalités de vert, ont été coupées avec la technique du jet d’eau, qui a permis d’obtenir deux éléments rhomboïdaux par pièce. Chacune a été renforcée en y appliquant de la fibre de verre. Le dos de chaque élément a ensuite été travaillé en réalisant 4 cavités tronconiques en sous-équerre de 5,5 mm de profondeur, pour accueillir les chevilles métalliques à expansion de type Keil nécessaires pour ancrer chaque dalle à la sous-structure métallique fixée en façade. La fourniture et la mise en œuvre de la structure métallique, ainsi que la pose des carreaux, ont été effectuées par l’entreprise Bodino Engineering de Turin.

Comme nous l’avons dit, des matériaux céramiques de la collection Cemento, couleur Cassero grigio, et de la collection Diamante Boa, ont été utilisés à l’intérieur de l’édifice.

 

Une brève histoire des Docks de Marseille

Le projet des Docks de Marseille fut lancé par Paulin Talabot, homme politique et ingénieur renommé, au cours de l’année 1856.

Réalisés sous la conduite de l’architecte Gustave Desplaces, « les Docks » possédaient 4 entrepôts, chacun avec sa cour intérieure, et un bâtiment de gestion appelé « Hôtel de Direction ».

 

« Quand ils furent construits, au milieu du XIXe siècle, les Docks de Marseille représentaient le troisième ensemble immobilier le plus important de France. Voilà ce que l’on peut lire dans un article d’Abitare.it dédié au relookage effectué par le cabinet d’architecture 5+1AA, et que l’on imagine volontiers face à l’imposante construction en pierre blanche de Provence de près de 400 mètres de long et six étages dont est flanqué le port de commerce, située également à deux pas du centre ancien du Panier. »

http://www.abitare.it/it/habitat/urban-design/2016/02/16/docks-marsiglia-51aa/

 

Déjà rénové en 1995, l’édifice avait été reconverti pour accueillir des bureaux et des magasins. Mais le rez-de-chaussée, peu valorisé, ne permettait pas de vivre la ville et ses Docks pleinement, naturellement, de manière aventureuse. De là est née l’exigence d’offrir une expérience unique dans le contexte urbain de Marseille, pour relancer la zone en osant davantage. Tout cela a été facilité par la prise de contrôle en 2007 de tout l’ensemble immobilier par la société JP Morgan Asset Management.

Dès lors, le cabinet 5+1AA – chargé du relookage de cette zone urbaine aussi délicate que son potentiel est prometteur – a cherché à saisir l’essence de ces espaces. Comme le raconte l’architecte Alfonso Femia à Abitare.it :

« Nous avons commencé par rechercher l’âme des Docks […]. Pendant de nombreuses années, caché dans le port de commerce, l’édifice était vécu par les Marseillais comme une frontière physique entre l’est et l’ouest, entre le centre historique et la mer. Nous avons cherché à en faire un lieu public, perméable, convivial, productif, social. Mais aussi intime ».

http://www.abitare.it/it/habitat/urban-design/2016/02/16/docks-marsiglia-51aa/

De ce postulat est née l’idée, narrative, d’accompagner les visiteurs à travers la partie centrale de l’édifice, transformée en espace public reliant les deux places situées aux extrémités des Docks : la place de la Joliette et la place de la Méditerranée. Cette dernière a ensuite accueilli une structure en métal ajouré qui orne la façade des Docks, faisant ainsi écho aux mots d’écrivains et de poètes qui, au fil du temps, ont raconté ces lieux et ces espaces.

 

Pourquoi parler des Docks de Marseille ?

Autre grande étape dans la longue histoire des Docks de Marseille, celle qui les a vus prendre part à la dixième édition du concours international d’architecture Grand Prix. Le cabinet d’architecture 5+1AA a en effet choisi des matériaux céramiques de Casalgrande Padana pour retravailler l’aspect et le caractère des espaces et des volumes, réalisant un projet décrit en ces termes sur le site officiel :

« Révéler la beauté du lieu pour l’offrir en partage. La transformation des Docks de Marseille permet de renouer les liens entre le site et la ville, entre les usagers et les habitants des lieux, entre passé et futur. L’architecture est une réponse spécifique à un contexte donné : le projet tisse des relations entre les Docks, la ville et la mer ; le sous-sol de la construction existante devient un système ouvert qui, de pénétrations en transparences et en nouvelles relations, se prolonge jusqu’à la mer ; l’agencement des cours intérieures a été pensé en fonction des différents flux et de leur empreinte sur les lieux ».

http://www.5piu1aa.com/it/2013/06/docks-di-marsiglia/

 

« Docks de Marseille » : parmi les gagnants du Grand Prix

Candidat au concours international d’architecture Grand Prix, ce projet s’est adjugé le premier prix dans la catégorie « Revêtements de façade ». Voici un extrait des motivations du jury :

« La qualité architecturale et technologique, associée à l’échelle et à l’importance des travaux présentés par le cabinet 5+1AA, attestent de la profondeur de la collaboration entre les concepteurs et l’entreprise pour imaginer et développer des solutions inédites au riche contenu. […] En particulier, le jury a récompensé l’intervention raffinée de réhabilitation et de requalification fonctionnelle des Docks de Marseille, un important complexe de stockage portuaire, qui entend constituer un territoire à mi-chemin entre projet architectural et installation artistique, où la céramique occupe une place centrale à travers deux modes d’application distincts : par fragmentation et savante recomposition du matériau posé selon un schéma d’application précis, et par superposition à l’aide d’éléments céramiques réalisés d’après un projet spécifique, fixés à une sous-structure métallique spéciale ».

Le texte complet et une riche galerie photographique sont disponibles sur le site officiel du concours d’architecture Grand Prix, au lien suivant :

http://www.grandprixcasalgrandepadana.com/it/10/primorivest-docks-decima-edizione.aspx

 

Informations complémentaires et liens pertinents

Pour mieux connaître les Docks de Marseille, le cabinet d’architecture 5+1AA et ce qui a été réalisé pour cet ancien édifice (aujourd’hui ultra moderne) de Marseille, nous vous invitons à consulter la galerie photographique présente sur le site internet de Casalgrande Padana (accessible depuis ce lien) et une autre sélection de photographies présente sur la page Facebook, où vous pourrez laisser un commentaire et partager avec tout le monde les Docks de Marseille tels qu’ils sont aujourd’hui. À la fois nouveaux et classiques, modernes et anciens, après la transformation opérée par le talent du cabinet d’architecture 5+1AA d’Alfonso Femia et Gianluca Peluffo et les dalles en grès cérame de Casalgrande Padana.

S’il est vrai que les Docks étaient un port, un théâtre d’échanges et de voyages, d’adieux et de retrouvailles, il est tout aussi vrai qu’il n’est pas de lieu plus adapté au monde pour s’immerger dans l’océan de l’architecture et commencer, dès maintenant, à en découvrir tous les mystères et les beautés.

Bon voyage !

Flag of Germany