Architecture solidaire : Casalgrande Padana et TAMassociati

14 janvier 2017

Architecture solidaire : Casalgrande Padana et TAMassociati

Il existe un lien entre les dalles en grès cérame de Casalgrande Padana, le cabinet d'architecture TAMassociati et une série de structures médicales, pédiatriques et, de façon plus générale, destinées à l’accueil hospitalier. Nous faisons référence au centre hospitalier Salam de Khartoum, au centre pédiatriqueEmergency à Bangui, au centre pédiatrique Emergency Nyala du Sud-Darfour et au centre chirurgical et pédiatrique de Goderich en Sierra Leone.

Dans le cadre de projets aussi complexes à développer et à gérer, une attention particulière a été portée au choix des technologies de construction, des composants et des matériaux : tous les revêtements de sol et les revêtements internes ont été réalisés avec des dalles en grès cérame de Casalgrande Padana de la collection Technic, couleur Nebraska, dans le format de pose 30x30 cm, avec des surfaces antidérapantes Secura dans les couloirs et les chambres et avec une finitionpolie dans les salles opératoires. Une ligne de dalles céramiques conçue pour des utilisations difficiles dans la construction de bâtiments publics et de services : un produit innovant au fort contenu écologique, que TAMassociati a choisi pour ses contenus technologiques élevés en mesure de satisfaire les besoins les plus exigeants en matière de fiabilité et de fonctionnalité. Cela permet ainsi de garantir une sécurité et une hygiène maximales, ainsi que des niveaux élevés de résistance aux sollicitations physiques et chimiques comme le piétinement, l’usure, les chocs, l’abrasion, le feu et les écarts de température.

 

Le centre cardiologique Salam : La rose du désert

 

Le centre hospitalier réalisé pour l’ONG Emergency de Gino Strada s'articule autour de deux énormes manguiers qui, symboliquement, délimitent son axe. Les pavillons, d’un volume mesuré et disposés autour d’une cour, reproduisent l’implantation traditionnelle locale.

Le Centre Salam comprend trois unités de chirurgie, des équipements pour 63 lits, des salles médicalisées, des laboratoires de diagnostic ainsi que des espaces d’accueil et d'assistance. Il apparaît comme un important centre de santé spécialisé, capable de fournir des soins et des services à plus de 50 000 patients par an provenant du Soudan mais aussi des pays limitrophes. D’importantes activités d’information et de formation y sont également dispensées au personnel médical et sanitaire local : un modèle d’excellence susceptible de soutenir la promotion et la réalisation d’autres pôles similaires en Afrique continentale.

Si la conception hospitalière est, en raison de son contenu, un des thèmes les plus complexes qui soient, le développement architectural du Centre Salam a dû se confronter à la faisabilité, aux techniques et aux économies d’un lieu aussi lointain. Les conditions environnementales hostiles, avec des températures qui dépassent 40 °C pendant de longues périodes de l’année, le fort rayonnement solaire sur le bâtiment et les poussières charriées par les puissants vents du désert, ont rendu nécessaire l’étude de caractéristiques techniques pour le refroidissement, l’ombrage, l'isolation thermique et la filtration. Les solutions trouvées sont à la fois très simples et efficaces, parfois inspirées de l'observation et de l’étude des traditions locales (comme les grilles de refroidissement passif, les mashrabija). Tout cela afin de respecter l’objectif de doter la structure de la meilleure technologie possible, mais aussi de la plus économique et facile à gérer dans le cadre de l’écologie des ressources matérielles et humaines locales.

En raison de ses contenus particuliers et de sa capacité à traiter efficacement la complexité des exigences du projet, le Centre Salam de Khartoum a reçu en 2013 l’Aga Khan Award for Architecture.

Photographies Tamassociati

 

Bangui, République centrafricaine : Centre Pédiatrique Emergency

Après avoir mis en place et lancé le centre de cardiologie Salam de Khartoum, au Soudan, Emergency a mis en œuvre une stratégie visant à construire un réseau de cliniques satellites dans neuf pays limitrophes. Le principe fonctionnel, base de développement des projets, chacun avec leurs singularités architecturales, prévoit une surface couverte d'environ 500 m2 dédiée aux patients pédiatriques, une clinique de cardiologie, un service de court séjour et un service de diagnostic.

La première de ces cliniques a été réalisée à Bangui, capitale de la République centrafricaine. Le Centre Pédiatrique reçoit des enfants jusqu’à 15 ans et leur dispense en outre une éducation à l’hygiène et à la santé.

Le centre présente des corps de bâtiment à un seul étage, articulés autour d’une cour centrale. Comme le dit Raul Pantaleo : « Au fil du temps, nous avons trouvé un compromis raisonnable entre protection et ouverture. Dans les hôpitaux construits au Darfour, au Soudan ou en Sierra Leone, les fenêtres sont de petite taille pour pouvoir être facilement occultées et éviter, en cas d’explosion, que trop d’éclats ne soient projetés, alors que les murs doivent être massifs pour protéger des chocs et les édifices tournés vers l'intérieur pour être fermés si nécessaire. À Bangui aussi, nous avons mis en pratique ces principes. Mais nous avions ressenti une certaine poésie dans le passage de la clôture qui, malgré tout, parlerait de la vie et de la joie qu'entendait incarner cet édifice ».

Une grande attention a été accordée au choix des solutions et des matériaux appelés à soutenir les capacités thermiques passives de l’édifice. La clinique est dotée de murs en briques d'argile très isolante, d’un système de couverture à ventilation naturelle avec une structure en bois et des plaques ondulées, de vitres à faible émissivité et de systèmes pare-soleil visant à atténuer le rayonnement et la charge thermique sur l’enveloppe.

Mais tous ces efforts technologiques et cette parcimonie fonctionnelle ne sauraient atténuer la qualité de l'ensemble architectural et l'espace laissé à la poésie. Ainsi, à l'intérieur de la cour, une série de splendides sculptures zoomorphes ludiques, réalisées grâce au savoir-faire d’artisans locaux en tressant de simples éléments en rotin, ont été installées pour alléger les souffrances des jeunes patients et les divertir.

Photographies Raul Pantaleo

 

Nyala, Sud-Darfour : Centre pédiatrique Emergency

 

Nyala est la capitale du Sud-Darfour, une ville habitée par plus d’un million et demi de personnes, en majorité des réfugiés qui fuient la guerre et vivent dans sept camps implantés en périphérie.

Ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre, le Centre pédiatrique délivre des soins destinés aux enfants jusqu’à 14 ans, dispense aux familles une éducation en matière d’hygiène et de santé et une formation théorique et pratique au personnel médical national. De plus, il fait partie d’un programme régional de pédiatrie et de cardio-chirurgie, visant à identifier les patients à opérer dans le Centre Salam de Khartoum et à effectuer les visites postopératoires.

Construire dans une zone de crise tout juste sortie d’un long conflit a été un véritable défi pour TAMassociati, tant sur le plan éthique que technologique : « La clinique pédiatrique de Nyala a été réalisée dans des conditions extrêmes, qui nous font voir la simplicité comme une stratégie efficace, sans pour autant perdre de vue des standards de qualité élevés ». Le résultat s’est traduit par une grande opération de synthèse en matière de technologies innovantes et traditionnelles pour le refroidissement, le recyclage, l’utilisation de matières premières locales, l’intégration dans le paysage, les économies d’énergie, mais aussi en matière de langage architectural, fait de signes, de couleurs, de matériaux, et d’éléments naturels.

Notre proposition, explique TAMassociati,« entendait incarner une idée de modernité durable et innovante pour le Sud-Darfour, mais pas seulement. Un processus de réduction, de minimisation, d’optimisation qui peut s’inscrire dans le vaste champ théorique de la décroissance ». Le résultat est un projet qui concilie la nécessité d’atteindre des standards technologiques élevés tout en respectant des principes de simplicité, d’esthétique et d’éco-durabilité.

Articulé autour d’un énorme baobab, le centre s’approprie les principes d’implantation de la maison arabe en réduisant au maximum les façades exposées au soleil et en favorisant les ombres portées dans la cour centrale. Les bâtiments de faible hauteur atténuent l’impression d'être à l'hôpital. Ils permettent aux jeunes patients de se sentir chez eux et leur donnent la sensation d'être là en tant qu’« objets de soins » mais aussi en tant que « sujets » à part entière, à qui un respect qui leur est souvent nié au quotidien est garanti.

La clinique est un bâtiment très simple, dans la lignée des systèmes de construction traditionnels. Les structures portantes sont en briques épaisses (produites dans les fours tout proches de Nyala), avec une lame d’air ventilée intercalée garantissant de bons niveaux de confort ambiant, fruit notamment du déphasage thermique durant le cycle jour-nuit. La couverture utilise les jagharsch (en arabe harsch signifie arc), petites voûtes rabaissées en brique issues de la tradition locale. Elle est protégée du rayonnement solaire par un faux toit en tôle qui crée une lame d’air ventilée. Outre ces dispositifs, pour renforcer le bien-être ambiant lors de la phase de conception, les ouvertures externes (dotées de systèmes de protection) ont été limitées, un système d’occultation solaire des façades a été utilisé pour réduire le rayonnement au moyen de plaques de bambou tressées, tandis qu’une ventilation adaptée et un refroidissement des espaces ont été mis en place. L’ensemble de ces dispositifs a permis de réduire considérablement l’utilisation de systèmes de refroidissement et, surtout, la puissance frigorifique nécessaire à la climatisation du centre, au bénéfice des coûts de réalisation et de ceux d’entretien et de gestion futurs.

Photographie Massimo Grimaldi

 

Freetown, Sierra Leone, Goderich : Centre chirurgical et pédiatrique

Photographie Massimo Grimaldi

Pour faire face aux besoins pressants, la structure hospitalière du Centre chirurgical et pédiatrique d’Emergency à Goderich a été agrandie en 2002 avec la construction d’un centre de consultation pédiatrique et, en 2003, avec l'ouverture d’une unité pédiatrique médicalisée de 20 lits pour l’hospitalisation d’enfants dans un état grave. À l’automne 2010, les travaux d’agrandissement et de restructuration de l’ensemble du complexe ont débuté pour inclure la chirurgie d’urgence, la traumatologie et la chirurgie destinée à traiter les malformations congénitales ou acquises.

L'hôpital à Goderich reste indispensable. C’est pourquoi, une fois l’urgence de la guerre passée, il a été jugé nécessaire d’intervenir en réalisant, entre 2012 et 2014, un nouveau bloc opératoire à trois salles et une nouvelle zone de soins intensifs, en plus de la restructuration du service des urgences. Les travaux ont été menés en suivant des objectifs de qualité élevée, sans jamais transgresser les normes sanitaires indispensables dans un bloc opératoire moderne, et en développant une structure particulièrement élémentaire.

 

Tamassociati : l’éthique comme profession

Fondé en 1996 par Massimo Lepore, Raul Pantaleo et Simone Sfriso, le cabinet Tamassociati regroupe des experts et des professionnels engagés dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme, de la conception paysagère, de la conception participative, du graphisme et de la communication sociale. Outre son siège principal situé à Venise, il dispose de bureaux à Bologne, Trieste et Paris. Il travaille principalement pour les institutions publiques, les organisations à but non lucratif et les clients privés. Il est connu dans le monde entier pour ses œuvres et ses initiatives en matière de conception pour le secteur social, le monde de la coopération, le tiers-secteur, l’économie solidaire, les structures de santé et d’assistance (il a notamment travaillé avec Emergency), construites dans les zones les plus sensibles des pays du Sud.

Parmi les nombreux ouvrages réalisés, nous pouvons citer les sièges de Banca Etica, des établissements de santé pour Emergency sur le continent africain, des espaces publics et des parcs à San Giorgio Piacentino, La Spezia, Venise, Anzola dell'Emilia et Casalecchio di Reno.

Les publications sur d’importantes revues d’architecture, les nombreuses invitations à des expositions, parmi lesquelles la Triennale de Milan et la Biennale de Venise, ainsi que de nombreuses récompenses internationales, témoignent de la qualité du travail réalisé ces dernières années. Parmi les récompenses obtenues : la Médaille d’or de l’architecture italienne 2012, le prestigieux Aga Khan Award for Architecture 2013, la Médaille d’or Giancarlo Ius 2013, le Curry Stone Design Prize 2013, le Zumtobel Group Award 2014 et le Prix de l’Architecte italien de l’année 2014.

Parmi les ouvrages les plus célèbres : le siège central de la Banca Popolare Etica à Padoue (Italie) ; le Centre pédiatrique de Bangui (République centrafricaine) ; le Centre cardiologique Salam, le Container Medical Compound et le Pavillon de prière et de méditation à Khartoum (Soudan) ; le Centre pédiatrique deNyala dans le Sud-Darfour (Soudan) ; le Centre pédiatrique à Port-Soudan (Soudan).

Le travail de TAMassociati alimente avec force la certitude qu’une autre façon de travailler est possible. Une façon d’agir qui se traduit par la capacité d’associer valeurs sociales et compétences scientifiques en matière de durabilité et d’écologie dans le respect de l’homme et de l’environnement. Le tout sans jamais renoncer à « faire de l’architecture » et à en faire un outil d’amélioration qualitative dans le quotidien des situations les plus critiques.

 

 

 

 


Flag of Germany