Flatmates : un exemple contemporain de co-living

25 octobre 2020

Flatmates : un exemple contemporain de co-living

de Sara Costi

Flatmates est un projet d’habitation situé près de la Station F, le plus grand incubateur de start-up du monde, conçue elle aussi par Wilmotte & Associés Architects et souhaitée par l’entrepreneur Xavier Niel. Située dans l’ancien Hall Freyssinet, dépôt ferroviaire datant de 1920, la Station F, avec une superficie de 34 000 m², 1 000 start-up numériques et plus de 3 000 employés, représente un espace unique au monde qui place la France au centre de la compétition de l’économie numérique.

Flatmates est construit sur un terrain de 3 500 m², à l’angle de la rue Victor Hugo et de la rue Jean-Jacques Rousseau, et se compose de trois tours d’une hauteur de 12 à 18 étages pour une surface globale de 12 000 m² qui réunit aussi bien des logements en colocation, des hôtels qu’une résidence étudiante. Il s’agit là d’une proposition innovante en matière de construction urbaine. Conçu pour être en harmonie avec les dimensions importantes et la grande densité des édifices voisins, le projet de « co-living » dialogue avec l’atmosphère environnante grâce à des ouvertures visuelles et des extensions extérieures de type balcons ainsi que des passages pour faciliter et favoriser les rencontres et les échanges au quotidien.

Revêtement : Beton Dark
Revêtement : Beton Dark

Par rapport aux formules traditionnelles de « co-living », celle qui est prévue dans le projet Flatmates se caractérise par la flexibilité, que ce soit dans la variété de logements proposés ou dans le temps de séjour (le bail peut aller de quelques semaines à quelques mois jusqu’à plusieurs années). Les six cents locataires sont répartis dans cent appartements composés d’une seule pièce avec séjour et coin salle à manger avec cuisine ; les chambres à coucher sont disposées autour de l’espace commun avec des salles de bain qui, selon les exigences, peuvent être communes ou privées. Parmi les différents services offerts à la communauté, on retrouve un SPA, une salle de sport, une salle pour les événements, un restaurant-cafétéria et une laverie, en plus du sous-sol consacré au parking et de la skyroom sur le toit.

Les façades

Les façades ont été revêtues de 7 000 m² de dalles en grès cérame Beton Dark à travers un système de parois ventilées qui a permis de fixer, sur des rails horizontaux spécifiques, les grands modules de dalles 60x120 cm de 14 mm d’épaisseur et de protéger l’édifice des intempéries, d’éliminer les ponts thermiques et d’obtenir une économie d’énergie assez remarquable, tout en valorisant l’esthétique de la façade et en préservant dans le temps les caractéristiques aussi bien esthétiques que techniques.

Le fort contraste entre la couleur sombre du revêtement externe et la couleur claire des parapets métalliques des balcons et des grandes corniches d’aluminium articule le module et rythme le volume de la façade.

Revêtement : Beton Dark

Les dalles en grès cérame de Casalgrande Padana employées pour la réalisation des revêtements de façade des trois tours, en plus des performances et de l’esthétique du grès cérame, se caractérisent par la technologie Bios Self-Cleaning® qui assure un autonettoyage ainsi que l’élimination des NOx, principaux polluants de l’atmosphère urbaine.

Grâce à ses capacités autonettoyantes, il est possible d’obtenir une élimination drastique des interventions de nettoyage et de manutention des superficies, tout en assurant une économie financière certaine ainsi que le maintien de la qualité et de l’aspect de l’élément d’architecture. Les performances d’élimination des NOx offrent une contribution non négligeable à l’amélioration de la qualité environnementale des installations urbaines. Un revêtement de 150 m² de façade avec Bios Self- Cleaning® est en mesure de purifier l’air comme pourrait le faire un bois de la taille d’un terrain de foot, ou bien d’éliminer les oxydes d’azote (NOx) émis par 11 automobiles au cours d’une journée entière.

Revêtement : Beton Dark

Né au Danemark au début des années soixante et apparu peu de temps après en Hollande, Suède, France, États-Unis, Australie, Japon et plus récemment en Italie, le « co-living » est devenu un véritable phénomène social qui a guidé la naissance de solutions architecturales intéressantes. Dans ce nouveau contexte de vie contemporain, grâce à une originalité en partie inédite, dans sa combinaison d’espaces à la fois privés, publics et collectifs, le projet Flatmates s’affirme comme un édifice pionnier destiné à promouvoir de nouvelles formes d’intégration et de socialité dans le domaine du logement.

PH: Patrick Tourneboeuf


Flag of Germany