Les Jardins de Gabriel

Les Jardins de Gabriel

Avec le projet « I Giardini di Gabriel », Atelier(s) Alfonso Femia remporte le premier prix à la XIe édition du Grand Prix dans la catégorie Revêtements de façade. Le matériau céramique utilisé pour décorer les 1.000 m2 de façade a été sélectionné avec soin : il s’agit de Diamante Q30 de Casalgrande Padana. Pour les revêtements de sol intérieur, c’est en revanche la couleur Cala Luna de la collection Pietre di Sardegna dans le format 45 x 90 cm qui a été privilégiée.

Diamante Oro

 

Diamante Bianco

 

Diamante Argento

 

Pour vous montrer les caractéristiques et la structure précieuse de cette collection, nous vous invitions à consulter notre vitrine sur Pinterest

 

Le projet

Nous sommes à Asnières-sur-Seine, à mi-chemin sur l’axe urbain fondamental pour toute la ville, étant donné la présence de l’importante gare ferroviaire de la ligne Grand Paris.

 

Le complexe résidentiel est composé de 144 unités d’habitation, 39 résidences sociales qui sont situées du premier au huitième étage, et comprend 360 mètres carrés d’espace commerciale. La composition volumétrique du projet se divise en trois bâtiments qui se développent principalement le long de la ligne ferroviaire du RER C.

 

Cette segmentation permet de laisser totalement visible la section centrale, de réduire le nombre d’unités exposées exclusivement au nord et de créer une façade supplémentaire exposée au sud. Les différents corps sont liés entre eux, afin de mettre en valeur les éléments unitaires de la composition et d’encourager la diversité urbaine.

Les deux façades situées à l’extrémité du site bénéficient d’un traitement particulier : la façade nord donne sur la zone qui se trouve en face de la gare des trains du Réseau Express Régional RER et sert d’entrée à la zone de développement urbain. La boutique au rez-de-chaussée jouit d’une façade entièrement vitrée, et en ce qui concerne la façade sud, elle présente, avec le parking, un aspect urbain en contraste avec la façade vitrée au nord.

Le projet a été conçu suite à l’analyse des différentes possibilités : l’atmosphère, la lumière du paysage, les contraintes environnementales et le jeu des formes qui consiste en une série de découpes, d’ouvertures et de glissements qui définissent les trois corps de l’édifice.

La ville dialogue en permanence avec le parc intérieur en créant un rythme entre l’édifice et le paysage.

 

Le revêtement des façades : un diamant magique

Les matériaux ont été sélectionnés avec soin. Le projet réaffirme en effet le caractère décoratif de la céramique à travers la collection spéciale Diamante dans les couleurs Oro et Bianco dans le format 10 x 20 cm : une typologie exclusive de dalle en grès cérame émaillée, caractérisée par son épaisseur modelée de façon tridimensionnelle. Grâce à la brillance et aux facettes inspirées du diamant, les dalles de cette collection permettent de définir des surfaces fluctuantes, agrémentées de reflets et d’effets de clairs-obscurs.

 

Dans le complexe résidentiel à Asnières-sur-Seine, le revêtement céramique qui se distingue par son effet tridimensionnel spécial en forme de diamant marque le haut des bâtiments en jouant avec la lumière, en adaptant ses couleurs en fonction de la saison et de l’heure de la journée.

Les châssis des fenêtres, dont certains sont signés par l’artiste Danilo Trogu, alternent avec la brique de la façade comme d’heureux « contrepoints harmonieux ».

 

 

Pour compléter la décoration des façades, six anges, qui ont donné leur nom au projet, sont situés au-dessus des parapets des terrasses. Ils semblent veiller attentivement sur l’ensemble de l’édifice.

 

 

Unité, rythme urbain, stratification verticale classique et une seule matière qui regroupe certaines nuances capables d’anticiper la métamorphose vers le ciel, tout en douceur, où se trouvent les ancêtres des villes, qui nous observent, regardant vers l’horizon, vers le ciel. La décoration fait sa réapparition en ville comme un outil identitaire en lien avec le plaisir, la beauté et la culture.

Le principe qu’Alfonso Femia définit comme « le droit à la matière » s’affirme avec force : une réaffirmation qui invite à reconsidérer l’habitation comme une maison, comme un lieu dans lequel vivre et non pas simplement un ensemble d’exigences à satisfaire.

« Nous avons créé un dialogue avec la matière, avec l’homme-artiste, avec l’entreprise, l’artisan, l’architecte. Le client, la ville, le contexte. Nous avons cherché un défi à relever : ouvrir Asnières-sur-Seine vers le ciel ».

Photo : Luc Boegly

Flag of Germany